By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Vingt ans après la fermeture de la SMN, il ne reste presque plus rien sur le site de l'aciérie, hormis le grand réfrigérant et la porte d'entrée. L'essentiel est dans la mémoire des ouvriers ou dans des documents qu'ils ont sauvés tant bien que mal de la friche et qu'ils transmettent aux jeunes générations. Le musée de Normandie consacre une vaste exposition rétrospective à cette société métallurgique qui faisait la fierté de ses salariés. D'ailleurs, parmi les visiteurs, il n'est pas rare de tomber sur des anciens sidérurgistes, venus se replonger dans les souvenirs, comme Gérard Errot, l'un des derniers à avoir quitté l'usine. Lui aussi a été mis d'office en pré-retraite à 50 ans. Mais il n'a jamais accepté la fermeture de son atelier et la délocalisation de l'aciérie en Chine. Vingt ans ont passé, mais sa colère n'est pas émoussée.